serveimage

J'ai mal à mon salaire

image gallery

 

Abus du détachement, intérim, faux indépendants, sociétés boîtes aux lettres établies dans un pays à bas salaire, tous les moyens sont bons pour réduire les salaires. Tous les secteurs sont concernés par le dumping social !

 

 

Selon les règles européennes, les travailleurs qui viennent d'un autre pays de l'UE doivent bénéficier des mêmes conditions de travail et salariales que les travailleurs du pays qui les accueille. Mais ces règles sont très loin d’être respectées.

Des entreprises principalement basées au sud de l’Europe ou dans les pays de l’Est, envoient des ouvriers en Belgique. Ils sont affiliés à la Sécurité sociale de leurs pays. Et sont « détachés », en Belgique, en principe temporairement. Cela signifie qu’ils sont soumis au salaire minimum de leur pays. C’est parfaitement légal, au nom de la libre circulation des travailleurs.

Il est établi que les salaires versés sont trop bas, en-dessous du salaire minimum en Belgique, un employeur a été pris il y a quelques temps. Il faisait travailler 60 non Belges, des Portugais, contre un salaire de 2,06 euros de l'heure. C'est totalement inacceptable !

Cet abus frauduleux met également en péril l'économie belge. Il est source de concurrence déloyale qui entraîne la fermeture de PME, des cessations d'activités de travailleurs indépendants et une hausse importante du chômage.

Il y a des entreprises belges qui créent des sociétés fictives dans les pays de l’Union à bas salaires pour profiter du système.

Le phénomène ne touche pas seulement la construction, même si c’est le domaine le plus exposé. Les secteurs de l’abattage et du traitement de la viande et du transport, …. sont également particulièrement touchés.

Il y a des mesures à prendre au niveau national :

- A commencer, par l'embauche de contrôleurs supplémentaires afin de mener des "actions massives de contrôle".

- Il faut mettre fin aux statuts de faux indépendants, ainsi qu'obliger le paiement effectif du personnel des sous-traitants qui, parfois "peu scrupuleux", disparaissent sans payer leurs travailleurs.

- Durcir les sanctions pénales en cas de fraude, ainsi que le montant des amendes.

- Les cotisations sociales doivent être calculées conformément aux normes en vigueur dans le pays d’accueil.

- Obliger à payer le même salaire que le travailleur Belge recevrait pour un même travail.

Pour cela il faut une réelle volonté politique.  Nos élus doivent prendre leurs responsabilités politiques afin de sauver nos emplois, afin de cesser de nous faire entendre les arguments fallacieux de la fédération des entreprises qui ne cesse de clamer haut et fort que c’est de la faute des coûts salariaux dans notre pays.

Extrais du Blog de Joël Dachelet ici