serveimage

Arlon, 1er mai syndical.

Photo0121 Fotor Fotor CollageMouvement de Gauche, PTB, Écolo à la tribune avec le PS.

Du jamais vu à Arlon, un 1er mai syndical avec la social-démocratie, la gauche radicale et écologiste… Joël Thiry, secrétaire régional de la FGTB, rappelle que les positions de son organisation sont autonomes (NDLR du PS) et demande : la gauche peut-elle s’unir pour défendre les travailleurs ? La CGSP, organisatrice de l’événement, constate que l’austérité fédérale ou régionale est appliquée tant par les gouvernements Michel que Magnette, les M&M’s de la misère.

Original, ce meeting marque la volonté d’unité des forces progressistes désirée par les militants et les permanents luxembourgeois. À la tribune, Christian Binet représentant le MG, Marco Van Hees pour le PTB, Philippe Courard pour le PS, Philippe Lamberts pour Écolo répondront aux questions du public et des organisateurs.

Si certains ex-permanents ont bien du mal à rompre le cordon ombilical (ils ont quitté la FGTB pour le PS en espérant y défendre les valeurs syndicales), d’autres veulent un retour aux valeurs fondamentales, à la défense réelle des intérêts des travailleurs.

Pendant près de 2 heures, les représentants des formationss de gauche auront débattu. Le MG rappelle l’importance de la lutte pour la réduction du temps de travail, revendication unificatrice. Chacun s’accorde sur la défense des services publics y compris Philippe Courard du PS qui oublie le non-remplacement des agents décidé par la région.

La question de l’unité des forces de gauche est clairement posée par les militants syndicaux.

Après les débats, une vente d’esclaves modernes est proposée aux participants qui se rassasieront ensuite autour d’un barbecue.

Alors, à Arlon, une dynamique vient de se lancer ?