serveimage

Là-bas si j'y suis

charbOn n'entend plus l'émission « Là bas si j'y suis », du charismatique et controversé Daniel Mermet sur la radio publique française. Après les tentatives de Chirac, les essais de Sarkozy, c'est finalement Hollande qui fera taire cette voix dissidente.

«Là-bas s'y j'y suis» faisait partie du patrimoine de France Inter dont elle avait occupé l'antenne pendant 25 ans (de septembre 1989 à juin 2014).

Laurence Bloch, directrice nouvellement nommée, la supprimait purement et simplement malgré la mobilisation de ses auditeurs (elle était suivie par quelque 500 000 personnes) qui avaient manifesté devant la Maison de la Radio et signé des pétitions sur internet.

 

« Là-bas si j'y suis » était principalement constituée de reportages, suivant une ligne éditoriale critique et engagée. Abordant de nombreux thèmes (société, voyages, luttes, média, etc.), elle tentait de donner un éclairage différent à l'actualité, tant locale qu'internationale.

« Là-bas si j'y suis » continue sa route « plus près des jetables que des notables ». Ce 21 janvier 2015 à 19 heures, l'émission commençait une seconde vie sur internet. Ce Là-bas hebdo donne à entendre des reportages, des chroniques et des débats en direct, et dure deux heures. À entendre...