serveimage

Lettre ouverte au Ministre des finances Johan Van Overtveldt

logoMG 155px

Monsieur le Ministre,

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance de l’affaire «Panama Papers », le plus grand scandale fiscal après celui du Luxleaks.

C’est désormais avec certitude, que la manière dont les grosses fortunes se mettent à l’abri dans des paradis fiscaux avec "l'aide" de l'Etat, n’est pas un phénomène marginal mais est apparemment dans les coutumes même de notre système fiscal.

 

Monsieur le Ministre, nous sommes donc choqué que vous et votre gouvernement continuiez obstinément à présenter les mêmes recettes pour combler le déficit budgétaire: Plus de taxes (augmentation de la TVA, augmentation des accises), démantèlement de notre sécurité sociale, attaque contre les chômeurs et les bénéficiaires du CPAS, attaque contre les malades, attaque contre les plus faibles, saut d'index, réduction fiscale au patronat (qui ne fait que vider les caisses de la sécurité sociale), etc... 

Il est urgent que vous vous en preniez à ces bandits fiscaux et non aux citoyens comme vous le faite. Le peuple en a assez de payer pour une crise qu'il n'a pas commise !

C’est pourquoi le Mouvement de Gauche vous demande :

  • De punir sévèrement les Panama-profiteurs. Il faut dès lors un glissement vers une imposition équitable. Il conviendrait tout d’abord de lever intégralement le secret bancaire et d’instaurer un cadastre des fortunes !

  • De combler le déficit du budget en vous attaquant à la grande fraude et à l’évasion fiscale. Et non en effectuant de nouvelles coupes dans la sécurité sociale, les services publics, les CPAS, etc...

  • D’exiger le remboursement complet des 942 millions d’euros de cadeaux fiscaux aux multinationales (Excess Profit Rulings), comme l’exige l’Europe !

  • Augmenter le nombre de barèmes fiscaux en instaurant des tranches d’impôt inférieures à 25 % pour les bas revenus et supérieures à 50 % pour les revenus élevés ? Les épaules les plus larges supporteraient ainsi les charges les plus lourdes et les pouvoirs publics verraient leurs recettes augmenter !

Pour vous donner une idée de ce qu’a coûté la réforme fiscale de 2004 amorcée sous la houlette de Didier Reynders (MR), dans le cadre de laquelle les deux taux d’imposition les plus élevés ont été supprimés pour servir les plus riches, Jan Béghin (sp.a) a écrit la phrase suivante dans son ouvrage «De schande van een rijk land» («La honte d’un pays riche»): «La suppression des taux d’imposition de 55% et de 52,5 % coûte chaque année près de 6 milliards d’euros à l’Etat». Cela vous donne une idée de ce que pourrait rapporter le mouvement inverse !

Avec nos meilleures salutations.

Pour le Mouvement de Gauche

Joël Dachelet