serveimage

Communiqué - TOUT EST(encore)POSSIBLE.

possibleEn avril 2012, un député wallon (ex-écolo) appelle à la fondation d’une nouvelle formation politique : le Mouvement de Gauche.


C’est l’espoir pour beaucoup de citoyens. En effet, ce parti se veut le porte-étendard d’une révolution démocratique, pacifique et citoyenne contre un système belge et européen sous la coupe des instances bancaires, financières et des multinationales. L’écologie et la laïcité sont deux autres piliers mis à l’honneur.


Les déçus du PS et d’Ecolo, les « mélenchonistes » mais surtout ceux que la combinaison inédite des valeurs séduit rejoignent, à l’époque, par centaines, le mouvement avec enthousiasme.


Il est urgent pour eux de rompre avec le modèle néo-libéral qui creuse les inégalités sociales en passant, notamment, par l’éducation populaire.


Bernard Wesphael, seul député wallon à s’être opposé au projet de constitution européenne, continue contre vents et marées à mettre en garde contre la ratification du Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG). Il a été aussi l’un des premiers hommes politiques sinon le premier a tirer la sonnette d’alarme par rapport aux négociations opaques du Traité transatlantique (TTIP).


Il était en quelque sorte l’homme providentiel pour de nombreux militants qui ont trouvé en lui sinon un leader, un porte-parole.


Le parti a connu des lenteurs de démarrage et pour cause, bien légitimement, car il se base sur la démocratie participative de sorte que ses textes fondateurs (statuts, programme, ...) sont le produit de la réflexion de l’ensemble de ses membres.


Le 31 octobre 2013, ces mêmes membres apprenaient que leur Président, Bernard Wesphael était placé sous mandat d’arrêt pour l’assassinat de son épouse, Madame Véronique Pirotton.


Trois ans plus tard, il est acquitté par la Cour d’Assises du Hainaut.


Outre le drame humain incommensurable, cette affaire a soulevé de nombreuses questions relatives entre autres, à la détention préventive abusive, à la pertinence de la Cour d’assises et au rôle des médias.


Ce gâchis a aussi sérieusement remis en cause l’espoir de nombreux citoyens wallons et bruxellois de voir la société changer de paradigme.


Aujourd’hui, les « petits chefs » qui pourrissaient le Mouvement de Gauche se sont presque naturellement délités. Il y persiste les citoyens pour qui les valeurs écosocialistes sont l'essentiel.


Il n’en demeure pas moins vrai que le mouvement a été déforcé et recherche le rassemblement avec les forces écosocialistes. Le rapprochement avec le Mouvement VEGA se poursuit.

Agir autrement qu’en rassemblant ne serait ni responsable, ni constructif pour le nouveau projet de société qui est en marche.

 

Mouvement de Gauche.